REPLAY : LIBRE D’AIMER JUSQU’À LA FOLIE

URL de Vidéo distante

LIBRE D’AIMER JUSQU’À LA FOLIE

Café littéraire
4 avril 15h15 - 16h30
animé par Sophie Quetteville

Se sentir aimé, aimer à son tour, désirer l'autre, être désiré, en devenir fou, fou d'amour.

  • Bénédicte Belpois
    (Gallimard, 2019)
    Suiza
     
    Bénédicte Belpois - Festival du Premier Roman et de Littératures Contemporaines 2021
    oui

    Bénédicte Belpois travaille dans le secteur de la protection maternelle et enfantine.

    Suiza (Gallimard, 2019) - Bénédicte Belpois - Festival du Premier Roman et de Littératures Contemporaines 2021

    Suiza est une jeune femme simplette mais d’une grande sensualité. Fuyant son foyer, elle se retrouve dans la campagne galicienne où elle rencontre Tomas, paysan veuf, alcoolique et bourru. Entre ces deux êtres abîmés, une relation va naître, d’abord dans la violence, pour se transformer en une histoire d’amour émouvante. Suiza est un texte sensuel, délicat et âpre. Une confession pour dire la passion, l’amour et la rédemption.
    Prix des lecteurs de la ville de Brive-Suez 2019

  • Valérian Guillaume
    (L’Olivier, 2020)
    Nul si découvert
     
    Valérian Guillaume - Festival du Premier Roman et de Littératures Contemporaines 2021
    oui

    Valérian Guillaume est acteur, auteur et metteur en scène de théâtre. Il a reçu le Prix Etudiants des Arts et des Lettres pour son premier roman.

    Nul si découvert (L’Olivier, 2020) - Valérian Guillaume - Festival du Premier Roman et de Littératures Contemporaines 2021

    Nul si découvert nous invite dans les pensées intimes d’un homme fragile, qui erre quotidiennement au milieu des rayonnages d’un centre commercial. Une profonde solitude que le personnage tente de combler en se goinfrant au point de s’en rendre malade. Jusqu’à sa rencontre avec Leslie...
    Véritable OVNI littéraire, Nul si découvert nous emmène en voyage au pays de la consommation pour dire la solitude.
     

  • Jean-Baptiste Labrune
    (Magnani, 2019)
    L'ombre de son nom
     
    Jean-Baptiste Labrune - Festival du Premier Roman et de Littératures Contemporaines 2021
    oui

    Jean-Baptiste Labrune est traducteur, auteur de trois livres illustrés aux éditions Magnani, et a co-fondé la revue littéraire et dessinée, Pan.

    L’ombre de son nom (Magnani, 2019) - Jean-Baptiste Labrune - Festival du Premier Roman et de Littératures Contemporaines 2021

    C'est l'histoire d'un père décédé dans des circonstances troubles, d'un très ancien caveau du cimetière de Montmartre qu'on a dû rouvrir, d'une jeune femme qui n'est pas venue à l'enterrement de son père, d'un vieux carnet noir qu'on a exhumé, d'un cahier rouge qui a disparu. C’est aussi une histoire d’amour, de folies et de secrets familiaux au cœur d’un Paris fantomatique et fantasmatique. Un roman singulier et poétique où se mêle rêve et réalité, vérité et fiction, histoire et mémoire.Un roman d’une belle complexité.

  • Makenzy Orcel
    (Rivages, 2021)
    L'Empereur
     
    Makenzy Orcel
    non

    Makenzy Orcel a publié une dizaines d’ouvrages, entre romans et poésie, parmi lesquels Les Immortelles (Zulma, 2012), pour lequel il est invité en 2013 au Festival du Premier Roman, L’ombre animale (Zulma, 2016), Prix Littérature-Monde et Prix Louis Guilloux, Caverne (La Contre-Allée, 2017), Pur sang (La Contre-Allée, 2021) et L’Empereur (Rivages, 2021).
     

    L'Empereur

    Ayant commis l’irréparable, un homme attend dans sa chambre qu’on vienne le chercher. Son passé résonne en lui comme un tambour. Cette jeunesse de zombie, sous l’effroyable emprise d’un maître vaudou. Ces aubes aliénantes employées à livrer des journaux jusque dans les coupe-gorges de Port-au-Prince. C’est pour elle, la femme du bus, qu’il a du sang sur les mains, pour celle qu’il a aimée. Un espoir comme un rêve trop vite dissipé.
    Mêlant savamment la magie du conte au réalisme le plus cru, Makenzy Orcel nous fait partager les tourments d’un esprit blessé en lutte contre toutes les formes d’oppression